HAUT BOCAGE BASKET CLUBPouzauges - La Meilleraie Tillay - Montournais
 
 
 
 
 
 
Dans les couples de sportifs, on connaissait Lindsey Vonn et Tiger Woods, Steffy Graf et André Agassi, ou encore Laure Manaudou et Frédéric Bousquet ! Au HBBC, nous avons Florence et Benjamin ! Licenciés au club depuis leur plus jeune age, fortement impliqués dans l’organisation du club, ils sont aussi et surtout tous les 2 joueurs des équipes fanions du club, et réalisent chacun avec leurs coéquipiers et coéquipières une superbe saison. Ils se marient en juillet prochain. Rencontre avec Flo et Ben
 
Pouvez-vous nous raconter votre carrière basket ?
BEN : J'ai commencé le basket à l'âge de 6 ans à l'école de basket. Je suis passé par toutes les catégories jeunes pour arriver en senior. J'ai notamment été entraîné par Richard, Philippe BARBOT, Bruno BRISSEAU ou bien encore Nicolas BLANCHARD, et bien d'autres. L'un des évènements les plus marquants pour moi est le 1/4 de finale du challenge de Vendée il y a 2 ans. Il y avait de l'ambiance, de l'enjeu, de la pression, et une bonne entente au sein de l'équipe, c'était très motivant ! Il y eu également beaucoup de tournois jeunes auxquels nous avons participé avec notamment Rudy qui joue avec moi depuis le début.
FLO : J'ai commencé le basket vers 7/8 ans de mémoire à la salle Largeteau. J'ai connu de nombreux coachs et entraîneurs, certains ne font plus partie du club mais ont marqué mes débuts au basket : je pense à Marcel MARQUIS, Catherine BRISSEAU, ou même encore Richard. Je ne pourrais pas citer un évènement marquant puisque si je suis encore là aujourd'hui, c'est qu'ils sont nombreux ! Je n'ai jamais vécu de finale ou autre mais chaque saison a son lot d'émotions !

Pouvez-vous nous donner les qualités et défauts basket de l’autre ?
BEN : Je dirais que Flo est légèrement défaitiste et qu'elle peut être rancunière sur certaines actions. En revanche, elle est fiable, s'est s'adapter à différents types de jeu et se donne à fond sur chaque match.
FLO : Je trouve que Ben manque énormément de confiance en lui et il lui arrive fréquemment (moins cette saison) de louper des doubles-pas !! lol 
Malgré tout, il s'investit à 100% et sait se remettre en question afin de progresser !

Vous avez chacun un nouvel entraineur cette saison, comment ça se passe ?
BEN : Cette année, je suis entraîné et coaché par Valentin.  Que ce soit pendant les entrainements ou les matchs, nous travaillons dur et sérieusement, mais toujours dans une bonne ambiance, ce qui nous vaut la 1ère place du championnat. (pour l'instant) Il faut l'avouer, certains entrainements sont plus durs que d'autres mais c'est nécessaire !
FLO :  Beaucoup de changements pour nous cette année aussi : nouveau coach mais aussi nouvelle équipe ! Les changements nous bousculent c'est sûr, mais c'est en se remettant en question que l'on avance ! Et on se rend compte qu'on en apprend tous les jours, même à mon âge !! lol La construction des entrainements est intéressante et permet de se défouler tout en travaillant la technique.

Comment vivez-vous cette saison avec beaucoup de réussite au niveau sportif ?
BEN :  Etant donné l'enjeu et notre situation dans le championnat, cette saison est très passionnante mais aussi très prenante ! Il ne faut rien lâcher car rien n'est joué ! Entrainement ou match, je n'y vais jamais à reculons.
FLO : Cette saison est forcément stimulante : gagner des matchs, viser la montée, c'est fédérateur et nettement plus motivant que finir une saison en bas de tableau avec des blessées... Je vais à l'entrainement avec d'autant plus de plaisir qu'on se rend compte que les efforts sont payants.

Est-ce que vous suivez de près les matchs de l’autre ?
BEN et FLO : Evidemment, chaque soir de match donne lieu à un long débriefing de nos matchs respectifs ! C'est ça qui est sympa dans le fait de partager une passion ! Nous suivons donc au plus près les scores et classements de l'autre.

Un petit mot sur les preparatifs du mariage ?
BEN et FLO : Effectivement, les préparatifs du mariage sont plus que jamais au goût du jour . La date butoir approche, et entre le boulot et le basket, il reste peu de temps libre. (d'où l'absence nécessaire à certains matchs...!!! Merci Mamie côté Préaud de fêter ses 75 ans le jour du matchs des seniors garçons contre les Moutiers!!!)  Tout le HBBC est bien sûr convié à nous rejoindre pour l'évènement aux couleurs du club !

Ouest-France du 23/12/14

Les jeunes du club du Haut Bocage BC ont participé à l’opération  
« Kinder + Sport Basket Day »
 
 
Le Club du Haut Bocage BC a organisé le 17 décembre 2014 l’opération « Kinder + Sport Basket Day » à la salle de la Mailleraie-Tillay. Imaginée par la Fédération Française de Basket et Kinder, Partenaire officiel du MiniBasket, cette initiative exceptionnelle et conviviale a permis à tous les jeunes licenciés du club d’inviter un proche non initié à partager leur passion du basket lors d’une séance d’entraînement gratuite.
 
Le temps d’une demi-journée, les jeunes ont participé à une série d’ateliers ludiques leurs permettant de découvrir en toute convivialitéles techniques de base du basket : lancers, dribbles, passes, sauts, accélérations… Le père Noël en personne est venu distribuer un gouter et des cadeaux à tous les participants ! Ils étaient près d’une soixantaine à participer, séparés en 2 groupes : les 9 ans et moins le matin, les 10-11 ans en début d’après-midi. Les photos de la journée sont disponibles sur le site du club : www.hautbocagebc.com
 
A l’instar du Haut Bocage BC, l’opération « Kinder + Sport Basket Day » s’est déroulée juste avant Noël entre le 10 et le 20 décembre 2014 dans plus de 800 clubs partout en France, permettant à 70 000 jeunes de pratiquer le basket en toute convivialité.
 
Cette opération s’inscrit dans une volonté forte du haut Bocage BC de faire découvrir le basket à un grand nombre d’enfants à travers de tout le canton. Caroline Bonnet, l’éducatrice du club a proposé des initiations à plus d’une dizaine d’écoles primaires sur plusieurs communes ces derniers mois. Et d’autres journées de découverte gratuite seront proposées aux non licenciés d’ici à la fin de la saison.

Entretien avec Jérôme COUSSEAU, Président du HBBC


Yohan a posé quelques questions à Jérôme... L'occasion de faire le point sur le début de saison et de parler des projets du club.

Salut Jérôme, Peux-tu pour commencer nous faire ton « cv basket » en quelques mots ?

Tout a commencé il y a 29 ans quand j’ai pris ma première licence au PAC Basket (un club que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre…) Je faisais du foot avant et je préférais ça au basket à l’époque, surtout que je suis vraiment d’une famille de footballeurs. Mais comme beaucoup j’ai suivi les copains et puis l’hiver, le basket c’est quand même mieux ! J’ai joué vraiment sérieusement jusqu’à l’age de 24 ou 25 ans. Ensuite, les obligations professionnelles, puis familiales, mais aussi le manque de motivation ont fait que je suis devenu un joueur « à mi-temps » ne m’entrainant plus beaucoup… Mais je continue quand même toujours à jouer avec les loisirs… Ca ne court pas trop, ça défend très peu, c’est tout pour l’attaque, ça me convient bien !

J’ai un peu entrainé mais surtout coaché des équipes de jeunes pendant une dizaine d’années… Je le fait encore occasionnellement avec les équipes de mes filles (U11 et U13) en remplacement quand l’occasion se présente, même si ça n’est pas arrivé cette année. D’ailleurs mes filles n’aiment pas ça ! J’entraine cette saison une semaine sur 3 (en alternance avec Richard et Philippe) le second groupe seniors filles (composé d’une partie de l’équipe SF2 et de l’équipe SF3) Je suis également les seniors garçons même si là, mon rôle est très limité, c’est plus pour le plaisir de suivre les matchs… Je ne vais donner mon opinion à Valentin cette année ou à Richard par le passé qu’une ou 2 fois par match si j’ai l’impression de voir un truc que eux ne voient pas, Le plus souvent, ce n’est même pas nécessaire. De toute façon dans tous les cas, c’est le coach, Valentin cette année, Richard avant, qui reste le patron à 100% et quelles que soient ses choix c’est lui qui décide et lui seul.

Pour ce qui est de mon cursus de dirigeant, je suis rentré dans le bureau du PBC il y a une dizaine d’années quand Richard est devenu Président. Puis quand il a pris les seniors, j’ai pris sa suite à la Présidence, il y a 6 ans.

Quel est ton meilleur souvenir de joueur ?

Je me souviens de mon tout premier match, en benjamins à l’époque, ce qu’on appelle U13 maintenant, c’était à Chantonnay. J’étais au collège là-bas, à St Jo, à l’époque,  je connaissais les ¾ de l’équipe en face, et la salle de l’Epine touche au collège, je jouais donc comme à la maison pour mon 1er match. On avait pris une sacrée raclée ! Mais j’avais mis mon panier, donc j’étais content quand même… Comme quoi dès le début j’étais plus porté sur l’attaque que la défense. Par contre à partir de là à l’école, je me souviens que les mecs de Chantonnay  prenaient les basketteurs pouzaugeais pour des brêles… Sinon mon vrai bon souvenir de joueur, c’est l’année de notre montée en D1 en 95/96. L’année d’avant on avait du finir 3è ou 4è, et cette saison de la montée si je ne dis pas de bêtises, fût la première saison vraiment pleine en équipe première de Richard (il pourrait le confirmer mais avant, il jouait plus en cadet+réserve) Comme on jouait plus ou moins sur le même poste, on se partageait le temps de jeu, je jouais peut-être un peu moins que la saison d’avant, ou alors parfois au poste 2 et non plus au poste 1, mais ce n’était pas grave. Quand on a la chance de connaitre une saison ou les victoires s’enchainent, que l’on joue le haut de tableau et qu’on voit se profiler une montée, c’est génial, et la « concurrence » n’est pas grave dans ces cas là, au contraire !

Et ton meilleur souvenir de Président ?

L’AG Constitutive du HBBC à la salle de la Chesnaie en 2012, sans hésiter ! Non pas pour la réunion en elle-même, mais pour ce qu’elle symbolisait. 2 années de travail pour d’abord évoquer la possibilité d’une fusion, définir les contours d’un nouveau club, les objectifs, les personnes pour s’impliquer dans le projet, etc… On a fait beaucoup de réunions pendant 2 ans surtout pendant la saison 2011/12 et très franchement, vers 2009 ou 2010, quand de notre côté au PBC on a commencé à se dire que ce serait bien d’essayer de fusionner avec Montournais et la Meilleraie, je ne pensais pas que ça se passerait aussi bien. Cette AG c’était la conclusion de tout ce travail effectué pendant 2 ans à une vingtaine de personnes. Faire parti du groupe de ceux qui ont créé le club fait qu’aujourd’hui mon attachement au HBBC est certainement plus fort que celui que je pouvais avoir au PBC, mon club pourtant quand j’étais joueur !

Sinon, c’est plus personnel, la première victoire de Clémence ma fille ainée à Chavagnes en Paillers quand elle était en U9, un dimanche matin… C’est une belle émotion pour un papa. J’attends avec impatience la première victoire de Capucine ma deuxième… Ca fait un an et demi qu’elle fait des matchs, elle n’en a toujours pas gagné un !

Aujourd’hui quel est ton ressenti sur cette fusion ?

On est dans la troisième année d’existence du club, mais dès le départ on a senti l’adhésion de tous les licenciés à la nouvelle structure. Depuis 2 ans et demi, je n’ai vu personne me dire que c’était mieux avant, quand on avait chacun son club à Montournais, à la Meilleraie ou à Pouzauges. Peut-être qu’il y en a qui le pensent mais en tout cas ils ne me l’ont pas dit ! C’est donc déjà une première victoire ! Tout est loin d’être parfait, mais on a quand même pu mettre en place pas mal de choses que l’on n’avait pas avant. On a aujourd’hui avec Caroline un véritable entraineur professionnel pour former nos jeunes, on a une soirée tous les ans qui remplie la salle de la Chesnaie, un club avec une quinzaine d’équipes, etc… Et on a aussi des projets que l’on ne pouvait même pas se permettre d’avoir lorsque l’on était chacun dans notre coin!

Maintenant notre rôle à nous, les dirigeants du club, c’est d’avoir une vision à moyen et long terme. C’est souvent un peu compliqué parce qu’on a souvent tendance à gérer plutôt l’immédiat, la saison en cours…

Ma philosophie vaut ce qu’elle vaut, mais je pense que la priorité pour un club comme le notre doit être les jeunes. Les mettre en bonne condition pour qu’ils prennent du plaisir, dans une bonne ambiance et qu’ils progressent. Ensuite un club doit avoir une ou des « vitrines », une ou des « locomotives ». On le voit dans d’autres sports du canton, ou dans d’autres clubs de basket, avoir des équipes seniors qui ont des résultats tire l’ensemble du club vers le haut.

Quels sont les projets du club dans un futur proche ?

Il y en a 3 purement sportifs qui me tiennent vraiment à cœur. Le premier c’est de proposer, peut-être dès l’année prochaine, 2 entrainements par semaine à toutes les équipes sauf le mini basket. La plupart des clubs procèdent ainsi. Idem dans les autres sports dans le canton. Nous avons beaucoup de retard au HBBC sur ce sujet et si on veut progresser, c’est indispensable. Ca nécessitera certainement des moyens financiers supplémentaires, donc il faut y réfléchir, mais disons que c’est une ambition. Le deuxième projet c’est d’arriver à la labellisation de notre école de basket par la Fédération. Une dizaine de club seulement ont le label en Vendée. Ce serait un vrai gage de qualité. C’est un projet que l’on avait dès la création du HBBC, mais on ne l’a pas encore poussé plus loin, là il va falloir qu’on s’y mette. Caroline travaille énormément auprès des écoles primaires, ça porte ses fruits, on a de plus en plus d’enfants qui intègrent le club en mini-basket. Il est maintenant tant de formaliser tout ça.

Enfin, toujours au niveau sportif, il faut que l’on améliore le niveau de nos équipes seniors, les « locomotives » dont je parlais à l’instant. Il n’y a pas d’objectif précis, mais c’est clair que garçons et filles doivent viser plus haut que les niveaux ou ils sont. On doit monter d’un pallier, se stabiliser puis viser le pallier suivant et ainsi de suite. Ne surtout pas se dire à un moment donné, on est à tel niveau, c’est déjà bien, on en reste là et ce sera super !

Après en dehors de l’aspect sportif et à court terme, on a eu un moment l’idée de proposer à nos licenciés d’aller voir l’Eurobasket l’an prochain à Montpellier ou à Lille… Mais c’est  très compliqué en termes de logistique et très cher. Coup de chance quand même, l’équipe de France fera le 16 aout un match de préparation à cet Eurobasket au Vendéspace. On va donc tout faire pour proposer des places à nos licenciés pour voir Tony Parker, Nico Batum, Boris Diaw and co. C’est une opportunité unique qui ne se représentera plus, en tout cas, plus avec ces joueurs là. Mais ce n’est pas gagné d’avance… Il y a 12000 licenciés en Vendée, au moins autant de passionnés de basket sans licence… Et il n’y aura que 4500 personnes dans la salle !

Pour revenir au côté sportif, les 2 entraineurs des seniors (garçons et filles) ont changés cette année, peux-tu nous en parler ?

Chez les filles l’arrivée de Yohan était assez naturelle. Le groupe de U20 qu’il suivait depuis plusieurs saisons arrivant en seniors, il était logique qu’il les suive. Comme il faut que je lui cire un peu les pompes puisque c’est lui qui pose les questions, je dirais que je n’étais absolument pas inquiet sur sa capacité à réussir avec les seniors. Yohan est très « pro » dans son approche, très consciencieux, perfectionniste (très casse c… aussi souvent !). Et son approche du basket, le jeu qu’il veut faire jouer à ses équipes, est celui que j’aime voir, basé sur beaucoup d’agressivité défensive, avec des défenses tout terrain ou en tout cas très hautes, du jeu rapide mais aussi de la construction sur jeu placé. Ce qui fait plaisir c’est de voir que des filles (non je ne citerai pas de nom !) qui avaient un peu perdu leur basket l’an dernier notamment et qui semblaient démotivées, sont de nouveau à 100% cette année ! Je n’oublie pas non plus Mathieu avec l’équipe 2. Lui aussi réussi très bien, les résultats de l’équipe le prouvent ! Et c’est une vraie fierté pour le club de voir qu’un jeune comme lui peut diriger une équipe seniors. C’est prometteur pour l’avenir du HBBC !

Chez les garçons Richard voulait prendre du recul depuis déjà 2 saisons… Avec lui, on a donc contacté Valentin en fin de saison dernière. On le connaissait pour l’avoir affronté à plusieurs reprises quand il entrainait les Herbiers et Kévin Paillat l’avait eu comme coach. Il ressemble finalement pas mal à Yohan dans son approche. Lui aussi est très perfectionniste, demande beaucoup d’implication aux joueurs, qui jouent le jeu, et cherche à développer un vrai projet de jeu là aussi basé sur différents type de défenses agressives, et de nombreux systèmes de jeu en attaque, en fonction des défenses adverses. Il est super motivé et arrive à transmettre sa motivation à tout le groupe.

Quels étaient les objectifs  sportifs en début de saison ?

Chez les seniors filles c’est clair, c’est de monter coute que coute ! On a beaucoup de retard par rapport au niveau auquel devrait être un club de notre taille, c'est-à-dire minimum en D2, voir même en D1. Je ne dis pas qu’il faut être en D1 dans 3 ans, mais au moins en D2 le plus rapidement possible, ça commence donc par une montée impérative dès cette année… Et donc on ne laissera pas le temps aux filles de se reposer sur leurs lauriers si elles montent, car l’objectifs sera de jouer le (très) haut de tableau dès l’année prochaine. Pour cette année, si on est ambitieux, j’ajouterai que l’équipe de Mathieu peut elle aussi monter et que ce doit être l’objectif de ce groupe.

Chez les seniors garçons, le premier objectif, le minimum syndical, c’était le maintien. Bonne nouvelle, il est déjà assuré à la moitié de la saison. Avec Valentin on s’était dit en aout dernier qu’on devait viser une place dans les 5 premiers… Maintenant qu’on est seuls leaders à mi parcours, je ne cache pas que finir simplement 5ème serait une déception… On va dire qu’on vise maintenant le plus haut possible… Les gars savent ce qu’on attend d’eux, mais surtout, ils font preuve d’une grosse implication, et on a perdu aucun match en étant au complet… A partir de là…

Chez les jeunes, il n’y a pas d’objectif précis en début de saison… L’essentiel est que tous les licenciés s’amusent et prennent du plaisir et surtout progressent! Ceci dit, à titre personnel, j’ai toujours pris beaucoup plus de plaisir en gagnant qu’en perdant ! Donc que tous gagnent un maximum de matchs et ce sera parfait ! Le souhait en fait, ce vers quoi on devrait tendre, c’est que dans chaque catégorie, nos équipes composées de 2ème année, donc dans leur dernière année de la catégorie, évoluent au plus haut niveau départemental. C’est pour cela que je parlais tout à l’heure des 2 entrainements par semaine, c’est le seul moyen d’y parvenir. Mais même en ne s’entrainant qu’une fois par semaine, nos U15 filles 1 seront justement à ce plus haut niveau lors de la prochaine phase… Comme quoi, ce n’est vraiment pas quelque chose d’impossible.

Quel bilan tires-tu des résultats à la mi-saison ?

Chez les seniors c’est extrêmement positifs. Au-delà des résultats, la qualité de jeu est présente aussi bien pour les garçons que pour les filles, donc c’est forcément très encourageant, mais nous n’en sommes qu’à la moitié, tout reste à faire. Si tout le monde conserve la même motivation, on peut espérer  de bons résultats en fin de saison…

Chez les jeunes, la première phase est toujours un peu compliquée… C’est assez aléatoire au niveau des résultats en fonction des groupes dans lesquels tombent nos équipes. Au HBBC on a tendance à engager nos équipes assez haut. On préfère qu’elles se retrouvent dans l’adversité plutôt que face à des équipes plus faibles. Malheureusement certains clubs ont plutôt la politique inverse. On se retrouve donc parfois avec de sacrés décalages ! Généralement avec le jeu des montées et des descentes, tout ça s’équilibre sur la seconde et la troisième phase. Donc les résultats devraient être meilleurs à partir de janvier.

Un dernier mot pour conclure ?

Je voulais simplement souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et avec un peu d’avance une bonne année 2015 à tous les licenciés du club ainsi qu’à leurs proches. Qu’ils se reposent bien, pour les plus grands, ne fassent pas trop d’abus… La saison reprend dès le week-end du 4 janvier ! Et je donne rendez-vous à tout le monde le dimanche 18 janvier pour la galette des rois du club, lors d’un dimanche 100% féminin au niveau des matchs, puisque ce sont nos 3 équipes seniors filles qui évolueront à la salle du bois de la Folie.

Entretien avec Ewen MORIN ancien joueur du HBBC

Arrivé au HBBC en 2011 à la faveur d'une mutation à la Gendarmerie de Pouzauges, Ewen a passé 2 saison et demie au club ou en plus de son talent de basketteur, il a apporté beaucoup de bonne humeur et a laissé un excellent souvenir à tous ceux et celles qui l'ont côtoyés. Ewen a quitté Pouzauges il y a un peu moins d'un an en décembre 2013.

Qu’as-tu fait depuis 1 an ? 
Quand je vous ai quitté fin décembre 2013, je suis rentré en Ecole de Sous Officier de Gendarmerie à CHAUMONT (52). J'en suis sortit le 15 septembre pour rejoindre ma nouvelle affectation en tant que Gendarme Mobile.

Ou es-tu maintenant ?
A l'escadron de Gendarmerie Mobile du Havre (76), très jolie petite ville !

Ou en es-tu niveau basket ?
Rien durant mon année en école, et un test effectué en arrivant sur Le Havre mais faute de temps, je laisse le basket de côté pour le moment.

Est-ce que tu suis un peu le HBBC à distance ?
Oui quand j'en ai l'occasion et que je ne suis pas en déplacement, surtout l'année qui à suivi mon départ.

As-tu gardé le contact avec certains joueurs/joueuses du HBBC
Avec mon petit lapin qui se reconnaîtra bien sûr et dont j'espère pouvoir être présent à son mariage l'été prochain (Commentaire HBBC : il doit s’agir d’un joueur portant le n°4 qui loupe souvent ses double pas… Et qui épouse une joueuse du club accessoirement webmaster de ce site !) . Sinon avec 2-3 autres joueuses dont je garderais l'anonymat pour ne pas qu'il y ai de jalouse !!

Un dernier mot à dire aux licenciés du HBBC?
Mot !
Plus sérieusement,  vous me manquez vraiment tous, ce fut 2 ans et demi de bonheur avec vous tous, une belle famille de basketteur et de fêtard. Des rencontres inoubliables. En espérant avoir apporté de mon humour, de ma bonne humeur et de mon expérience basket (commentaire HBBC : et quelques fautes techniques !). Je vous dis tous à bientôt !!

Entretien avec Laurens CLOOTS joueur du HBBC (Harentals Basket Ball Club) en Belgique

Les hasards des recherches internet nous ont permis de découvrir que le Haut Bocage Basket Club n'est pas le seul "HBBC" de la planète basket. En Belgique dans la ville de Herentals, de la province d'Anvers (nord de la Belgique, à quelques kms des Pays-Bas) se trouve le club de Herentals Basket Ball Club. Un autre "HBBC" mais Belge celui-ci! Nos homonymes belges sont flamands et parlent donc le néerlandais. Laurens CLOOTS, joueur du "HBBC Belge" a quand même eu la gentillesse de nous répondre en français pour nous présenter un peu plus son club.

Bonjour Laurens, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Laurens Cloots et j’ai 23 ans. Je suis dans le club de Herentals depuis 12 ans comme joueur. Je suis aussi l’entraineur des filles U16, c’est ma quatrième annee comme entraineur au HBBC.

Peux-tu nous présenter le “HBBC Belgique”
HBBC existe depuis 1955! On est situé a Herentals à 35 kilometres d’Anvers. Herentals est une ville qui a à peu pres 25.000 habitants.

comment est organisé le club ?
HBBC est un club assez familiale, on a environ 120 joueurs. Il y a 3 equipes masculines (seniors) et 1 équipe  féminine (seniors). On a aussi 8 equipes de jeunes, dont 2 equipes pour les filles.
Notre première equipe - comme nous disons - joue au premier niveau régional. L’annee passée ils
jouaient
encore en national. Le club a 8 entraineurs de niveaux differents.
HBBC organise beaucoup des choses pendant la saison. Des petits dejeuners, barbecue, party’s, tournois pour les supporters etc..

Que représente le basket en Belgique, est-ce un sport important ?
La belgique est un pays ou le foot et le cyclisme sont les sport majeurs. Le basket n’est pas si important ici (on a aucun joueur dans la NBA par exemple..). Le région d’Anvers est une des régions les plus forte dans le basket. Dans notre région il y a environ 15.000 joueurs de basket, la plupart se situe dans la ville d’anvers! (Antwerp Giants, Kangeroes Boom sont les clubs majeurs a Anvers)

Quels sont les projets du HBBC dans les années futures ?
Le club a amélioré la formation des jeunes l’année passée. On va essayer de produire des bons joueurs et aussi de leurs donner une chance avec les equipes seniors. Dans mon equipe par exemple (seniors) le plus jeune joueur et né en 1997 et il a beaucoup de talent! Maintenent on veut rester a un niveau régional, c’est l’ideal pour le développement des jeunes joueurs !

Entretien avec Valentin, entraineur des Seniors Masculins

Arrivé en début de saison pour prendre en charge les seniors masculins à la place de Richard, Valentin nous vient des Herbiers ou il a pendant plusieurs années entrainé les seniors masculins (de D3 à D1), mais aussi les seniors féminines en RF2. Il entrainait également les U15M l’année dernière qui ont été finalistes du championnat de Vendée et de la Mie Câline.
 
Valentin, comment se sont passées tes premières semaines au HBBC ?
 
J’ai le sentiment d’avoir été très bien accueilli par l’ensemble des membres du club que j’ai pu rencontrer. J’ai trouvé au HBBC ce que j’étais venu chercher : un club avec un esprit soudé, uni dans la volonté de bien faire et où dirigeants, joueurs et entraîneurs avancent autour d’un même projet et d’objectifs communs. Mon arrivée est née d’une volonté réciproque entre les dirigeants et moi-même. Cette confiance de part et d’autre est, je pense, un élément essentiel pour la réussite d’une association de sport collectif.
 
Le club et ton groupe seniors sont-ils à l’image que tu en avais avant de venir ?
 
Pour être honnête, je ne connaissais pas tellement le club. Je connaissais surtout l’équipe senior et deux personnes du club : Kévin Paillat que j’ai entraîné deux saisons aux Herbiers, et Richard Figureau que j’ai rencontré à plusieurs reprises lors des saisons précédentes. Dès que j’affrontais cette équipe, en DM3 ou en DM2, je savais que le match allait être difficile car j’avais d’elle l’image d’une équipe disciplinée, organisée et dure à jouer. Ces valeurs de solidarité et de combativité sont celles que je retrouve cette année. C’est là aussi un point fort que j’ai voulu exploiter car il fait partie de l’identité du groupe, et même du club lorsque je vois la qualité collective des seniors filles. En ce sens, un entraîneur qui arrive bénéficie toujours du travail de son prédécesseur. Et ce qu’a réalisé Richard pendant plusieurs saisons nous sert aujourd’hui de socle et de base de travail.
 
Quelle est ta philosophie de jeu pour l’équipe ?
 
Tout d’abord, je ne suis pas venu avec des principes prédéfinis car je pense qu’il est essentiel pour un entraîneur de s’adapter au potentiel et aux particularités de ses joueurs. On ne peut pas faire jouer deux équipes différentes de la même manière, sur les mêmes principes de jeu. Lors de la préparation de saison j’ai surtout pris le temps d’observer les qualités physiques et techniques des joueurs avant de mettre en place un projet de jeu. Ma priorité a été de bâtir une équipe solide en travaillant le collectif défensif. Nous avons passé beaucoup de temps là-dessus, en insistant sur l’attitude des joueurs côté ballon mais surtout à l’opposé du ballon. Cela a donné lieu à des matchs qui, j’en conviens, n’étaient pas toujours agréables à voir mais qui ont au moins eu le mérite d’être gagnés grâce à l’efficacité de nos rotations défensives. Le jeu de l’équipe doit se mettre en place par étape et l’idée est que l’on puisse avancer vers un jeu en mouvement, offrant toujours deux solutions à une passe au porteur du ballon. Cela prendra du temps car, à l’image de l’entraîneur qui doit s’adapter aux joueurs, les joueurs doivent eux aussi s’adapter aux principes de jeu définis par l’entraîneur. Enfin, en plus du travail collectif, nous travaillons tous les mardis sur les fondamentaux individuels qui, à mon sens, sont les bases essentielles du travail du basketteur, depuis l’école de basket jusqu’en seniors. Car si un joueur n’est pas capable de marquer de loin, de percuter sur un 1 contre 1, de maîtriser les changements de direction, d’assurer la dernière passe, etc., tout principe de jeu collectif, si rodé soit-il, sera voué à l’échec puisqu’il ne se conclura pas par un panier.
 
Peux-tu en quelques mots présenter ton équipe ?
 
Le groupe est composé de 12 joueurs. 8 étaient déjà présents dans l’effectif seniors la saison passée, 3 jouaient en juniors départementaux et le dernier est un « revenant » ayant joué au club il y a quelques années : Nicolas Birota. La particularité de l’équipe est de posséder plusieurs joueurs polyvalents, ce qui implique pour eux encore plus de concentration et d’assiduité dans le travail afin maîtriser les gestes et les déplacements attendus aux différents postes où ils peuvent être amenés à jouer. Les efforts doivent aussi être décuplés pour nos trois jeunes car ils doivent s’adapter à des exigences physiques, techniques et tactiques auxquelles ils n’étaient pas confrontés en juniors. Là aussi, il faudra du temps pour qu’ils puissent exploiter le maximum de leur potentiel. Mais leur volonté de bien faire et leur détermination peuvent nous rendre optimistes quant à leur évolution prochaine.
 
Que penses-tu du championnat et du groupe de D2 dans lequel se trouve l’équipe?
 
Les premières journées ont permis de révéler un championnat homogène où tout le monde peut battre tout le monde. Les équipes qui sortiront du lot seront celles capables d’être régulières dans leurs performances. C’est un aspect qui devrait rendre le championnat passionnant. Notons toutefois la présence de six équipes réserves, capables de changer d’effectif et de se « renforcer » sur la phase retour ou lors des matchs à enjeux. Espérons que le championnat ne soit pas « faussé » par des stratégies de clubs…
 
Quels sont les objectifs pour cette saison ?
 
Il y a plusieurs manières de définir les objectifs. La première doit tenir compte de l’évolution attendue du club et de l’équipe. Les seniors masculins sont montés en D2 il y a deux ans et ont réussi à se maintenir lors de la dernière journée la saison passée. Il s’agit donc de poursuivre cette progression en assurant rapidement le maintien et en nous installant de façon pérenne dans ce championnat. Il y a ensuite les objectifs fixés par le club : atteindre le « Top 5 ». En sachant que « viser le top 5 » n’est pas synonyme de « viser la 5ème place »… Enfin, j’ai annoncé aux joueurs dès le début de saison qu’ils devaient être ambitieux. Être ambitieux sportivement, ça veut dire avoir l’objectif d’atteindre le meilleur classement possible en fonction des capacités de l’équipe par rapport aux adversaires. Pour définir cette potentialité, il faudra attendre la fin des matchs allers, lorsque nous aurons rencontré toutes les équipes du groupe.
Mais si nous nous devons d’être ambitieux en championnat, nous devons aussi l’être en challenge de Vendée car des joueurs qui se veulent « compétiteurs » sont des joueurs qui n’ont pas à choisir leur compétition et qui doivent donner le maximum à chaque match, quel qu’en soit l’enjeu.

Entretien avec Yohan, entraineur des Séniors Féminines

Ancien meneur de jeu de l'équipe Séniors Garçons, Yohan était également depuis 3 ans le coach de nos U20 filles qui ont connu ces 2 dernières saisons de belles réussites sportives avec 2 places de 1/2 finalistes des play-offs du championnat de Vendée. Cette saison Yohan prend en charge les seniors féminines avec un groupe très large de 26 joueuses, 3 équipes, et beaucoup d'ambitions.


Bonjour Yohan, peux-tu nous présenter le groupe seniors filles ?

Le groupe séniors filles est composé de 26 filles. Il y a les séniors filles de l'année dernière, les U20 que j'avais depuis 3 ans, 3 U20 F2, 2 revenantes, 1 recrue de st Amand et 2 de Monsireigne. Groupe très important dans lequel il a fallu construire 3 équipes

Comment fonctionnes-tu avec un groupe aussi important ?

Les débuts ont été un peu chaotiques car je devais être épaulé par un assistant coach qui m'a lâché à 2 semaines de la reprise. j'ai donc démarré la préparation physique avec tout l'effectif mais je me suis très vite rendu compte que lorsque l'on prendrais les ballons, cela deviendrait vite ingérable, bruit et pas constructif. J'aurai fait de la "quantité" mais pas de la qualité. Il a donc fallu très vite scindé le groupe en 2 entrainements. Il a fallu aussi dans le même temps se mettre à la recherche d'entraineur et de coach. On a perdu un peu de temps au départ mais maintenant tout est bien calé. Je m'occupe donc du groupe 1ère en doublon avec Fabrice lorsque je suis d'après midi et le groupe réserve est entrainé par une triplette (Jérôme, Richard et Philippe) . Je coach l'équipe 1, Mathieu coach l'équipe 2 et Philippe l'équipe 3

Quels sont tes objectifs au niveau du jeu pour l’équipe 1 ?

Pour l'équipe 1ère, au niveau du jeu, je ne vais pas révolutionner ce que j'ai commencé à faire avec les U20 depuis 3 ans mais bien continuer dans ce sens. Il faut donc "quasiment" reprendre tout de A à Z pour impliquer les ex séniors filles. Le but étant d'avoir un collectif fort, chose qui manquait à mon gout l'année dernière aux ex séniors. Il a fallu pour ça réapprendre tous les systèmes de jeu ...

et ça prend du temps...et faire comprendre aux filles qu'elles doivent "jouer" "jouer" et "jouer" ... La nouveauté a été la mise en place de la press demi terrain. Pour cela, nous avons fait une grosse prépa physique car cela demande beaucoup d'énergie puis nous avons bossé tactiquement. Tout n'est pas bien calé de ce coté là mais j'ai bon espoir. J'espère avec tout cela avoir un collectif fort offensivement mais surtout défensivement. Je leur rappelle tous les dimanches je crois, la défense c'est primordial.
 
Quels sont tes objectifs en termes de résultats pour cette saison et pour les saisons à venir ?
Les objectifs sont clairs et ont été posés dès le début de la saison: évidemment la montée en D3 cette année. Puis en toute modestie, l'objectif pour les 2 années suivantes est la montée en D2.
 
Quel premier bilan peux-tu faire au bout de 2 mois de compétition ?
Le bilan de ce début de saison est plutôt positif. L'équipe 1 et l'équipe 2 n'ont pour l'instant pas connu la défaite. L'équipe 1 a pour l'instant bien maitrisé son sujet avec des victoires très larges face à Cheffois, le SMASH et l'Hermenault , et a connu une victoire plus difficile face St Hilaire le Loulay. Mais je mettrais cette victoire compliquée sur le fait que c'était le 1er match de la saison et donc un manque d'adresse flagrant, un collectif pas rodé du tout et des absences notables aussi. La bonne surprise est venue aussi de notre match de coupe de Vendée et notre victoire face à St Malo D2. Nous rencontrons aussi ce week-end Nieul s/ l'Autize( 1ere de D3 ) pour le 2ème tour de la coupe. Un bon test ma foi ... L'équipe 2 aussi a bien maitrisé son sujet avec des victoires larges (pourtant avec des effectifs réduits parfois ) et des victoires serrées ( Brétignolles + 1et St Florent +7) et qui va elle aussi se frotter le 26 octobre contre une D2. L'équipe 3 n'a pour l'instant que très peu jouer suite à de multiples reports de match donc difficile de juger pour le moment.

Article Ouest-France du 13 Octobre 2014

Haut Bocage Basket-club : l'équipe technique se réorganise
  • Valentin Rondeau et Yohan Sarignac, les nouveaux entraîneurs des équipes fanions garçons et filles.
    Valentin Rondeau et Yohan Sarignac, les nouveaux entraîneurs des équipes fanions garçons et filles. | 
Avec l'arrivée de deux nouveaux entraîneurs, Valentin Rondeau et Yohan Sarignac, et un début de saison mené tambour battant, en filles et en garçons, le Haut-Bocage basket-club (HBBC) s'inscrit dans une dynamique qui laisse entrevoir de belles ambitions. À la tête d'un club comptant près de 190 licenciés, le président, Jérôme Cousseau, a présenté cette réorganisation :
Valentin Rondeau, 28 ans, arrive des Herbiers où il était entraîneur de l'équipe première masculine. Il remplace Richard Figureau qui, après avoir occupé le posted'entraîneur de l'équipe fanion garçonsdurant six saisons, va désormais prendre en charge la direction de l'équipe technique, soit une quinzaine d'entraîneurs et coaches à gérer. Valentin Rondeau a récupéré un groupe quasiment identique à celui de la saison passée, complété par la montée en seniors de trois jeunes espoirs, et qui devrait logiquement permettre un classement en haut de tableau de D2.
 
 
Yohan Sarignac, 34 ans, a pris en charge l'équipe senior féminine. Yohan, ancien joueur du club, s'occupait depuis deux ans des U20 féminines qu'il a emmenées dans le dernier carré des play-offs du championnat de Vendée. Le club fonde de gros espoirs sur ce groupe de qualité qui arrive maintenant en seniors et qui est associé à des joueuses d'expérience. L'objectif de la saison sera bien entendu une montée en D3 et, à moyen terme, de poursuivre l'ascension.

OUEST FRANCE du 2 Mai 2012

Lancement d'un nouveau club, le Haut Bocage basket-club - Pouzauges

Jérôme Cousseau est le premier président du HBBC, secondé par deux vice-présidentes, Murielle Sarignac (à gauche) et Julie Leau.

Le Haut Bocage basket-club, fusion des clubs de basket de La Meilleraie, Montournais et Pouzauges, est officiellement né voilà un mois suite à l'assemblée constitutive qui s'est déroulée le 30 mars dernier à Montournais. Il aura fallu près de deux années de travail aux dirigeants des trois associations pour finaliser ce projet de fusion, en étroite collaboration avec l'entreprise de conseil en sport ACE².
Choix de l'identité
Pour le nom, plusieurs propositions, Les trois puys BC, MPMBC, Monts de Gâtine BC, ou Haut-Bocage BC, ont été soumises au vote des adhérents des trois associations. C'est l'appellation du HBBC qui a été retenue avec 64 % des suffrages.
En ce qui concerne la couleur, le noir a été choisi à l'unanimité. Et enfin pour le logo, il est le fruit du travail et de l'imagination de la commission chargée de mettre en place la fusion.
La formation au coeur du projet
Le projet du HBBC, tel qu'il a été présenté, détaille des objectifs et fixe les moyens qui vont être mis en place pour les atteindre dans les quatre années à venir.
L'axe principal du projet tourne autour de la formation : celle des jeunes avec notamment une école de basket et des objectifs d'apprentissages par niveau ; mais aussi celle des éducateurs et des arbitres.
Un site internet
Comme le soulignait Jérôme Cousseau, président du Pouzauges basket-club, « le principal point faible commun à nos trois associations était la communication ». Pour changer cela, les dirigeants du HBBC ont annoncé la création d'un nouveau site www.hautbocagebc.comqui sera le support principal de la communication du club en relayant toutes les infos et toute l'actualité.
Élections du bureau
Fort d'un conseil d'administration de 25 membres, le HBBC s'est réuni lundi pour l'élection de son bureau. À l'unanimité, Jérôme Cousseau, a été élu président du HBBC, assisté par Julie Leau et Murielle Sarignac dans les fonctions de vice-présidentes, Isabelle Moinet au poste de secrétaire, et Sylvie Beaufreton en tant que trésorière.
Première animation
Samedi 12 mai, le HBBC organisera sa première animation La nuit du basket, tournoi trois contre trois ouvert à tous, qui se déroulera à la salle du Bois de la Folie à partir de 14 h pour les jeunes et 19 h pour les adultes.